La politique agricole départementale

Orientation 1

FAVORISER L’INSTALLATION, L’EMPLOI ET LA FORMATION EN AGRICULTURE

© Alexandre Mouaci

Les installations en agriculture sont essentielles pour assurer la pérennité de l’agriculture départementale. Une politique très incitative dans ce domaine a donc été mise en place : une aide forfaitaire et une aide aux investissements pour les nouveaux installés en agriculture sont disponibles.

Le déficit d’image des métiers de l’agriculture a été particulièrement souligné à l’occasion des États généraux de l’agriculture. Le Conseil général souhaite développer et optimiser la communication sur les métiers agricoles afin qu’ils retrouvent davantage d’attractivité.

Par ailleurs une identification des besoins en formation ainsi qu’une meilleure cohérence de l’offre de formation seront développées.

Le Conseil général entend également poursuivre son soutien aux agriculteurs en difficultés.

Objectif 1.1 : Soutenir l’installation des nouveaux agriculteurs
Objectif 1.2 : Développer l’attractivité des métiers de l’agriculture
Objectif 1.3 : Adapter la formation agricole et la professionnalisation des métiers agricoles aux besoins
Objectif 1.4 : Soutenir les agriculteurs en difficulté

Orientation 2

OPTIMISER LA GESTION DES ESPACES AGRICOLES ET DES PAYSAGES

© Xavier Chambelland - CG47

Avec une perte de 17 900 ha d’espaces agricoles en dix ans, le foncier est devenu une denrée rare en Lot-et-Garonne, freinant souvent la dynamique d’installation ou d’agrandissement des exploitations.

La spéculation sur le foncier augmente avec notamment le développement des activités touristiques,  des loisirs et l’urbanisation. Le terroir agricole représente un patrimoine irremplaçable qu’il convient de préserver.

Le Conseil général souhaite améliorer la gestion globale du foncier par la mise en place d’un Établissement public foncier local (EPFL) départemental, pour un travail plus cohérent à l’échelle du territoire. L’alliance entre la Safer et les Établissements publics fonciers locaux est très fructueuse et doit se développer en Lot-et-Garonne.

Le potentiel agronomique des espaces agricoles représente un capital considérable qui doit également être pris en compte.

Par ailleurs, les collectivités locales doivent participer au maintien des espaces ruraux. La communication entre les agriculteurs, la population locale et les collectivités doit être facilitée afin d’améliorer la gestion des conflits potentiels.

Objectif 2.1 : Préserver les terres à vocation agricole ainsi que leur potentiel agronomique
Objectif 2.2 : Améliorer la gestion des conflits liés au mitage

Orientation 3

MAITRISER LES RISQUES CLIMATIQUES ET SANITAIRES

© Xavier Chambelland - CG47

L’agriculture est particulièrement vulnérable aux phénomènes climatiques extrêmes. En 2003, 2005 ou encore 2011, le territoire a rencontré des situations de sécheresse qui pourraient se produire plus fréquemment à l’avenir.

Face au changement climatique annoncé, le Lot-et-Garonne doit s’adapter et anticiper ses impacts afin de limiter les dommages environnementaux, matériels et économiques.

Pour sécuriser certaines productions agricoles face aux sécheresses, il faut maintenir le fort potentiel irrigable du département et le développer par des techniques innovantes. Contre la grêle, des équipements existent et des projets expérimentaux dans ce domaine sont prévus.
Côté sanitaire, le Conseil général poursuit sa politique en faveur des actions de prévention contre l’apparition ou la propagation des maladies du bétail.

Objectif 3.1 : Adapter le Lot-et-Garonne au changement climatique
Objectif 3.2 : Maintenir et développer le potentiel irrigable départemental
Objectif 3.3 : Protéger les cultures contre la grêle
Objectif 3.4 : Lutter contre les maladies du bétail

Orientation 4

ACCOMPAGNER LES PRATIQUES AGRICOLES RESPECTUEUSES DE L’ENVIRONNEMENT

© Xavier Chambelland - CG47

Dans un contexte d’amélioration de la qualité des milieux environnants, de multiples actions sont menées pour maîtriser l’impact des pratiques agricoles. Les efforts des agriculteurs dans ce domaine doivent être reconnus.

Le programme Area (Agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine) a pour but d’aider les exploitations agricoles à limiter l’impact de leur activité sur le milieu naturel (aides aux investissements et conseils). Ces actions peuvent être valorisées par la certification environnementale des exploitations agricoles, issue du Grenelle de l’environnement.

Sur notre département, un Plan d´action territorial sur le bassin versant du Trec-Canaule est également porté par la Chambre d’Agriculture qui assure l´élaboration, l´animation et le suivi d´un ensemble de mesures pluriannuelles afin de réduire la pollution de la ressource en eau.

Le Lot-et-Garonne est également le premier département bio d’Aquitaine en surfaces cultivées. L’agriculture biologique représente une opportunité de développement économique que le Conseil général souhaite développer.

Objectif 4.1 : Encourager les investissements pour des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement
Objectif 4.2 : Soutenir les actions de lutte contre les pollutions d’origine agricole et de préservation de l’environnement
Objectif 4.3 : Soutenir et promouvoir l’agriculture biologique
Objectif 4.4 : Valoriser le potentiel de l’agriculture en matières d’énergie et de carbone

Orientation 5

FAVORISER LES INVESTISSEMENTS ET L’ORGANISATION DES ACTEURS AGRICOLES

© Sylvain Harrison

Pour faire face aux crises qui touchent certaines productions, pour répondre à de nouvelles demandes ou du fait des évolutions réglementaires, les entreprises agricoles doivent se restructurer, développer de nouvelles unités de production ou diversifier leurs activités.

La coexistence de nombreuses filières agricoles au sein d’un même territoire est d’ailleurs un trait tout à fait remarquable du Lot-et-Garonne.

C’est pourquoi, en complément des aides pour certains investissements,  le Conseil général souhaite favoriser les échanges entre les filières et ainsi l’émergence de stratégies intra et interfilières.

Objectif 5.1 : Encourager la restructuration, la modernisation et la création d’unités de production
Objectif 5.2 : Favoriser l’émergence de stratégies intra et interfilières
Objectif 5.3 : Aider les investissements collectifs de matériels agricoles
Objectif 5.4 : Aider à la diversification des exploitations agricoles
Objectif 5.5 : Le Conseil général, partenaire des organisations agricoles

Orientation 6

SOUTENIR LES PROJETS DE RECHERCHE, D’INNOVATION ET DE DÉVELOPPEMENT EN AGRICULTURE

© Xavier Chambelland - CG47

La poursuite de l’activité de recherche et d’expérimentation sur le département reste essentielle pour développer et adapter l’agriculture aux nouveaux défis (respect de l’environnement, compétitivité de la production, changement climatique...). A ce titre, le Conseil général soutient les centres de recherche locaux.

A l’occasion des États généraux de l’agriculture, l’importance de l’innovation a été mise en avant. La complémentarité entre le terrain et la recherche doit être trouvée notamment à travers l’innovation développée par les agriculteurs à l’échelle de leur exploitation.

L’organisation de manifestations comme le Salon international de la bio et de L’agriculture durable (Siad) constitue une excellente opportunité pour diffuser les pratiques innovantes et favoriser le rapprochement et la communication entre les professionnels.

Objectif 6.1 : Encourager les pratiques agricoles innovantes
Objectif 6.2 : Soutenir les centres de recherche départementaux
Objectif 6.3 : Favoriser la diffusion des pratiques innovantes et durables

Orientation 7

VA LORISER L’AGRICULTURE DU LOT-ET-GARONNE A TRAVERS DES ACTIONS DE PROMOTION, DE COMMERCIALISATION ET DE COMMUNICATION

© CG47

Les actions de promotion sont primordiales pour valoriser notre agriculture départementale tant dans notre département qu’à l’extérieur. En collaboration avec les représentants des filières agricoles, le Conseil général participe donc au Salon international de l’agriculture ou encore à la Fête des vendanges de Montmartre.

Certains modes de commercialisation participent aussi à la valorisation agricole. Dans notre département, la commercialisation des produits via des circuits de proximité concerne près de 20 % des exploitations. Le Conseil général, souhaite également développer l’approvisionnement en produits bio, locaux, frais, de qualité, de saison et équitables pour la restauration collective au bénéfice des consommateurs et des agriculteurs du département.

Objectif 7.1 : Développer et soutenir les circuits de proximité
Objectif 7.2 : Conforter l’approvisionnement en produits « durables » dans la restauration collective
Objectif 7.3 : Soutenir les opérations de promotion de l’agriculture et des produits agricoles locaux
Objectif 7.4 : Participer à des manifestations nationales pour promouvoir le terroir départemental