Rencontres professionnelles sur la méthanisation

Le 27 novembre 2013 à Villeneuve-sur-Lot

Contexte

Le plan national Energie Méthanisation Autonomie Azote (EMAA), présenté le 29 mars 2013 par le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt et par le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, s'inscrit dans une démarche agronomique visant notamment à la réduction globale des intrants et à l'optimisation du cycle de l'azote au niveau local, en adaptant les pratiques agricoles telle que la valorisation de l'azote organique en substitution aux engrais minéraux.
Ce plan a également pour objectif de développer en France 1 000 méthaniseurs à la ferme, à l'horizon 2020.

Antérieurement à ce plan national, les Etats Généraux de l'Agriculture, organisés en 2011 par le Conseil départemental de Lot-et-garonne, ont abouti à un programme d'actions pour la période de 2012 à 2020, mettant notamment en avant l’importance de développer et promouvoir les énergies renouvelables sur les exploitations agricoles du département en insistant sur la méthanisation agricole.
Cette opportunité énergétique pour notre département rural s’inscrit également dans le Plan Climat Energie Territorial (PCET) voté par le Conseil départemental dont l'un des objectifs est de porter à 23 % d'ici 2020 la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale du département.

Crédit photo : Thomas Astruc -CG47

Action du Département

Dans ce contexte national et local, le Conseil général a organisé le 27 novembre 2013 à Villeneuve-sur-Lot, en partenariat avec la Fédération départementale des coopératives d'utilisation de matériel agricole (FD Cuma 47) et la Chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne, des rencontres professionnelles sur la méthanisation à destination des agriculteurs de Lot-et-Garonne, des étudiants et enseignants des établissements agricoles.

Cette journée technique leur a permis de s'informer concrètement sur le processus de méthanisation et sur le montage d'un projet de méthaniseur agricole.

Ces rencontres techniques ont suscité un vif intérêt dans la profession agricole, rassemblant 190 participants pour la conférence – débat de la matinée et près de 70 personnes pour la visite d'une unité de méthanisation agricole l'après-midi.

Crédit photo : Thomas Astruc - CG47

Une journée articulée en deux temps :

  • Le matin : conférence – débat sur la méthanisation avec plusieurs intervenants dont les partenaires techniques et financiers (le centre technique APESA, SCOP ARIA Energies, l'ADEME, le Conseil régional) avec une partie stands regroupant fournisseurs et institutionnels.

But : comprendre le principe de la méthanisation, processus biologique naturel de dégradation des matières organiques d'origines diverses (résidus de récolte, effluents d'élevage, boues d'épuration, résidus de processus industriels, …) ; savoir comment concevoir et exploiter un méthaniseur, quels substrats sont nécessaires pour approvisionner une méthaniseur, comment valoriser l'énergie produite, quelles sont les aides financières possibles.

→ Télécharger les documents présentés en conférence :

Ces échanges ont été complétés par des témoignages riches en retour d'expériences :
- Témoignage du GAEC du Bois Joly (La Verrie – Vendée) : il s'agit d'un élevage de bovins viande et de lapins ayant une unité de méthanisation discontinue (par voie sèche) à la ferme, opérationnelle depuis mai 2008. La chaleur issue de ce procédé est utilisée notamment pour la séchage de bois bûches et en plaquettes, le chauffage du bâtiment d'élevage des lapins, le chauffage de l'habitation et la production d'eau chaude sanitaire. Un retour d'expérience intéressant après 5 ans de fonctionnement.

→ Télécharger les documents présentés en conférence :

- Témoignage de Valérie DOUSSAINT, de l'entreprise Boyer SAS (Moissac - Tarn-et-Garonne) : il s'agit d'une unité de méthanisation par voie liquide, alimentée par les écarts de tri des melons et autres fruits. Dans une dynamique d'innovation, Boyer SAS a mis en service en 2011 la 1ère unité de bio-méthanisation de France. Ce nouveau procédé fonctionne de façon autonome car il a la particularité d'apprivoiser les bactéries naturelles de dégradation des fruits, sans apport de lisiers ou autres matières extérieures. Les bactéries dégradent les fruits. Il en résulte du biogaz qui sert à la production d'électricité revendue à EDF et de la chaleur utilisée pour la culture des bactéries et pour la production d'eau chaude bénéficiant aux locaux du personnel de l'entreprise.

Télécharger le document présenté en conférence

  • L'après-midi : visite d'une exploitation agricole disposant d'une unité de méthanisation

- visite de l'exploitation de Bertrand GUERIN (Nojals – Dordogne) :
Le porteur de projet du méthaniseur est la SAS Clottes Biogaz, une société adossée à l'EARL Guérin et créée pour porter la méthanisation. L'unité de méthanisation, utilisant le procédé "infiniment mélangé", a été mise en service en septembre 2011. Elle est alimentée à 70% par les lisiers et fumiers de l'élevage de 80 vaches laitières de l'exploitation. Le reste des apports provient d'une entreprise agroalimentaire et d'une fromagerie situées à proximité.
Le biogaz produit par ce procédé est valorisé en cogénération : production d'électricité et de chaleur utilisée pour le chauffage des bâtiments du hameau et le séchage multi-produits.

Le retour d'expériences de M. GUERIN, qui pratique la méthanisation quotidiennement depuis 3 ans, a permis aux agriculteurs présents de mieux cerner ce qu'implique un méthaniseur agricole, tant en amont du projet (phases de conception, de montage et de réalisation) qu'en aval, à savoir la nécessité d'un suivi rigoureux et une présence au quotidien.

Télécharger la fiche technique de l'unité de méthanisation agricole